Le Bureau de la concurrence s'attaque aux régimes miracles sur Internet
Journal La Presse du dimanche 21 novembre 2004 page A4

Sujet: Pensez à perdre du poids

On peut y lire:

Santé

La Presse

Le Bureau de la concurrence a décidé de serrer la vis aux entreprises qui emploient des allégations trompeuses pour vendre des produits, des régimes et des appareils amaigrissants sur Internet, a appris La Presse. Les sociétés qui persisteront à utiliser des arguments non fondés pourraient se retrouver devant les tribunaux.

«Perdez jusqu'à un kilo par jour sans exercice ni régime!» «Une capsule avant chaque repas suffit pour brûler votre graisse superflue.» «Des chercheurs ont découvert cet enzyme qui dissout le gras...»

Les consommateurs en quête d'une solution magique pour perdre du poids rapidement ont l'embarras du choix, car les offres comme celles-là pullulent sur Internet. Le Bureau de la concurrence, agence fédérale qui s'occupe notamment de réprimer les pratiques commerciales trompeuses, recense depuis avril les sites qui vendent des méthodes d'amaigrissement par correspondance au Canada. Trente-deux entreprises ont déjà reçu ou vont bientôt recevoir une lettre leur rappelant les dispositions de la Loi sur la concurrence sur les affirmations fausses, trompeuses ou non fondées.

«On les avise, s'ils sentent qu'ils n'ont pas les études suffisantes et appropriées, de corriger ou de changer volontairement les réclames», explique l'agent du droit de la concurrence Christian Boulianne.

Les entreprises qui n'auront pas corrigé la situation dans le délai prescrit par le Bureau pourraient faire l'objet de plaintes devant les tribunaux.

D'ici là, l'agence ne veut pas identifier les entreprises ciblées, ni préciser le délai dont elles disposent pour se conformer. «Pour qu'on ait le droit de rendre un dossier public, il faut que ça soit (rendu) public autrement que par nous, par la Cour ou par un consentement enregistré devant la Tribunal de la concurrence», dit Christian Boulianne.

Fraude transfrontalière

Les lettres envoyées à des entreprises établies aux États-Unis font l'objet d'une copie conforme à la Federal Trade Commission (FTC) américaine.

Les deux agences collaborent régulièrement pour coincer des fraudeurs dont les activités s'étendent des deux côtés de la frontière. Le mois dernier, la FTC a infligé une amende de 72 422 $ US à une entreprise ontarienne qui promettait un amaigrissement sans effort à l'aide de timbres transdermiques (communément appelés patches). En juillet 2003, la compagnie québécoise Bio Lab et son président, Jean-François Brochu, ont dû verser 40 000 $ US en guise de réparation pour avoir vendu des produits censés faire fondre le gras et la cellulite à des Américains. La FTC a aussi saisi plus de 100 000 $ US de commandes qui n'avaient pas encore été traitées et remis l'argent aux consommateurs.

Au Canada, le Bureau de la concurrence a fait stopper la vente de deux gadgets de musculation depuis deux ans. Les sociétés ontariennes qui faisaient la promotion de l'AB Energizer et de l'Abtronic affirmaient que ces appareils pouvaient développer les muscles abdominaux et faire perdre du poids sans effort. Chacune des deux entreprises a accepté de verser une amende de 75 000 $ et de rembourser ses clients. La valeur des sommes récupérées n'a pas été divulguée.

La FTC est en croisade depuis cinq ans contre les méthodes amaigrissantes prétendument miraculeuses. Près des deux tiers des Américains souffrent d'embonpoint ou d'obésité et selon l'agence, 45 millions d'entre eux suivent un régime chaque année. Elle a récemment traîné six entreprises frauduleuses devant les tribunaux et écrit aux médias qui avaient publié leurs annonces (dont Cosmopolitan et USA Week-End) pour les inciter à refuser ce type de publicité. La FTC diffuse aussi beaucoup d'information sur Internet pour mettre les consommateurs américains en garde contre les fausses promesses de minceur.

Mon commentaire

La guerre à l'obésité ou la guerre aux arnaqueurs de l'amaigrissement, quelle cause devrions nous choisir? La deuxième, car  la deuxième étant la conséquence de la première. Serait-il préférable de se faire voler de l'argent et risquer de tomber malade en achetant un produit ou une méthode d'amaigrissement que de penser à ne pas vouloir perdre du poids?

Le fait que les intégristes anti-obésité ne dénoncent jamais les fraudes entourant les méthodes d'amaigrissements nous démontre de toute évidence qu'ils sont de mauvaise foi. Ceux-ci sont menés uniquement par l'argent. Ce n'est pas la vérité, ce n'est pas être honnête, ce n'est pas vouloir du bien aux autres, ce n'est pas être altruisme. C'est vouloir carrément se moquer du monde. 

La lutte à finir contre l'obésité et à la malbouffe ne constitue pas une cause humanitaire. Parce qu'il y a exagération dans le discours, parce qu'on ne tient compte que d'un aspect de la situation. Les intégristes anti-obésité suivent une logique implacable. À la vue de la moindre rondeur, ils vocifèrent  : "c'est un signe de mort assurée". Pour eux, seul l'état de minceur est souhaitable pour la santé . Ils suggèrent que nous devrions tous perdre du poids. C'est bon pour la santé, paraît-il. Il faut essayer de perdre du poids ou moins y penser. Nous devrions tous être convaincus que ce n'est pas bon pour notre santé l'embonpoint. Tout ceci, c'est une manière insidieuse de mettre de la pression constante sur les femmes.

Cette pression amène les femmes à essayer toutes sortes de méthodes d'amaigrissements. On les fragilise en les culpabilisant. Ainsi, elles se font avoir facilement par des publicités miracles. Elles se jettent à tête perdue dans d'importe quelle arnaque. Par conséquent, les intégristes anti-obésité sont complices indirectement de cette fraude envers les femmes.

Le seul moyen de protéger les femmes contre cette fraude, c'est d'encourager les femmes à apprécier leurs rondeurs et leur corps comme il est. Plus les médias diffusent la position extrémiste et alarmiste concernant l'embonpoint et la malbouffe, plus il va y  avoir des gens qui vont vouloir abuser de la situation de l'obsession de la minceur. D'ailleurs, l'obsession des médias à parler constamment, de la supposée gravité de l'obésité, encourage l'obsession de la minceur.

Complément d'information :

L'histoire: 

Le Bureau de la concurrence s'attaque aux régimes miracles sur Internet

TIMBRES COUPE-FAIM SANS AUCUN EFFET : LES CONSOMMATEURS SERONT ...

Le sujet traités par moi:

Une vaste étude américaine passe les régimes amaigrissants dans le broyeur

Perte de poids : une société de Laval est poursuivie

Montignac goes to U.S.A 

When Your're Ready to Get Serious About Weight Loss - Anorex 

Une autre magouille minceur de Quebecor 

Les appareils de stimulation musculaire Abtronic sont retirés du marché par le Bureau de la concurrence 

Magouille minceur de Quebecor 4 

Magouille minceur de Quebecor numéro 3 

Autres:

Le Bureau de la concurrence

Il y en a plein de produits miracle sur Stv Shopping TV

FTC Diet, Health & Fitness

FTC Launches 'Operation Big Fat Lie'

MSNBC - FTC cracks down on bogus weight-loss claims

CBS News | FTC: Weight-Loss Ads Full Of Baloney | September 17

FTC Launches “Big Fat Lie” Initiative Targeting Bogus Weight

Ads for Various Diet Supplements and Topical Gels Don’t Cut the

FTC Warns Media Companies To Slim Down Diet AdConsumption

Weight Loss Abuse Task Force Announces Worst Weight Loss Products of 2004

Diet Convention and Expo for the Diet and Weight Loss Industry


Les sujets précédents :
L'agence américaine de surveillance met en garde contre cinq médicaments
Ginette Reno veut ouvrir une maison pour les boulimiques
La rondeur dans l'actualité des mois passés

Accueil - Contact

Copyright © 2004, Les Éditions de la femme Tous droits réservés.