Le rôle des odeurs corporelles dans la relation amoureuse

Index
Introduction

La provenance des odeurs corporelles
L'odorat
Le système nerveux est constitué
L'odorat est étroitement lié aux émotions
Les phéromones
Les rôles des odeurs et des phéromones
Le rôle de l'odorat dans l'échange de l'affection
Le parfum en flacon à proscrire absolument
Conclusion
Lien sur des sites sur ce sujet
Références

Introduction

Toutes les odeurs que le corps dégage sont essentielles à la communication non verbale dans le couple. Parmi tous nos organes des sens, c'est l'odorat qui joue le rôle le plus important dans la communication émotive. Une communication qui se fait en grande partie au niveau de l'inconscient. Le rôle de notre posture, de notre gestuel et notre mimique ne sont pas pour autant à négliger dans la communication non verbale.

Dans une discussion, on s'attarde consciemment beaucoup plus à la signification des paroles qu'à la communication non verbale. Par contre, notre cerveau primitif ou notre centre des émotions s'en occupe lui continuellement. Ce filtrage émotionnel de la communication inconsciente influence le comportement des partenaires amoureux l'un envers l'autre. L'organe des sens directeur est l'odorat, il dirige et détermine sur quelle base la communication s'établira entre deux personnes. En effet, l'odorat est le baromètre du sentiment de sécurité que nous avons envers l'autre.

Plus nous nous sentons en sécurité avec une personne plus notre corps dégage des odeurs bonnes et apaisantes. Inversement plus nous sentons mal à l'aise avec une personne plus notre odeur est perçue désagréable et énervante. Rappelons-nous, que lorsque nous nous sentons insécures, la communication est évasive, superficielle et demeure au niveau du rationnel. Par contre, plus on se sent bien avec une personne plus la communication est au niveau des émotions.

LA PROVENANCE DES ODEURS CORPORELLES

L'odeur corporelle provient de l'addition des substances produites par les glandes sudoripares, sébacées et par l'activité des bactéries de la peau.

Les glandes sudoripares :

Notre peau contient plus de deux millions de petites glandes qui sécrètent de la sueur. La partie active de ces glandes est formée d'un petit tube (3 mm) enroulé sur lui-même (pelotonné) qui se trouve dans le derme. Elles éliminent leurs produits par un canal excréteur traversant l'épiderme et se terminant par un pore à la surface de la peau. Il existe deux types de glandes sudoripares : les glandes eccrines et les glandes apocrines.

Une vue de la peau et des ses glandes

Les glandes eccrines :

Les glandes eccrines sont présentes dans presque toutes les parties de notre peau, à l'exception des lèvres et de quelques autres endroits. Elles sont particulièrement nombreuses dans la paume des mains, la plante des pieds et le front : il est probable que la transpiration se manifeste d'abord dans ces zones. Les glandes eccrines sont actives dès la naissance. La sueur qu'elles libèrent est constituée d'eau salée contenant différentes substances chimiques résiduelles. Cette eau s'évapore à la surface de la peau pour faire diminuer la température corporelle quand cela s'avère nécessaire. Les glandes eccrines peuvent également produire de la sueur en réponse à l'anxiété ou à la peur. La sueur provenant de ce type de glandes sudoripares n'a pas d'odeur notable. Toutefois, si elle demeure sur la peau plus de quelques heures, elle peut déterminer une odeur corporelle. Cela est dû à l'activité des bactéries vivant naturellement à la surface de la peau. Ces bactéries prolifèrent dans la sueur et particulièrement dans celle provenant des glandes apocrines.

Les glandes apocrines ou la fabrique de parfum naturel de notre corps :

Les glandes de la sueur apocrine s'ouvrent dans les follicules pileux et se concentrent essentiellement au creux de l'aisselle, mont du pubis, scrotum (la peau des testicules) grandes lèvres, région péri anale (autour de l'anus) et autour des mamelons (pour la femme seulement). Elles sont ramifiées et possèdent de larges pièces terminales sécrétantes. Inactives chez les enfants, elles se développent avec la puberté et grossissent avant les règles (menstruations).

La sueur apocrine ne joue pas de rôle dans le refroidissement du corps. Elle est alcaline (comme le film acide protecteur fait défaut à leur niveau, des infections (abcès) peuvent y apparaître.) et contient des substances complexes qui lui donnent un aspect laiteux. Cette sécrétion plus épaisse et blanchâtre est chargée de principes particuliers qui confèrent à la sueur un aspect trouble et une odeur spéciale. On pense que cette odeur joue un rôle dans l'attraction sexuelle.

De plus, les pièces terminales des glandes sudoripares apocrines sont entourées de cellules myoépithéliales fusiformes qui, sous l'influence du système nerveux végétatif, peuvent se contracter et provoquer l'excrétion des sécrétions.

Odeurs qui portent le nom de musc.

Les glandes sébacées :

Les glandes sébacées sont des glandes en grappes situées dans les couches superficielles du derme ; elles sont toujours annexées à un poil formant avec lui le follicule pilo-sébacé ; elles sécrètent une matière grasse, le sébum ou matière sébacée, qu'elles déversent ensuite soit dans un follicule pileux, soit directement à la surface de l'épiderme. Le sébum lubrifie le poil et se répand à la surface de l'épiderme comme un vernis protecteur contre les agressions extérieures physiques et chimiques. Une certaine quantité d'huile naturelle est ainsi nécessaire à la souplesse de la peau et des cheveux. De plus, les produits chimiques contenus dans le sébum contribuent à maintenir l'acidité de la peau. La surface d'une peau saine et normale est légèrement acide, la tendance à l'alcalinité étant considérée comme un facteur accroissant les infections parasitaires et autres. La taille des glandes sébacées est plus importante au front, au visage, au cou et à la poitrine. Alors que la paume des mains et la plante des pieds sont faiblement graissées. C'est pourquoi la peau des mains blanchit et se ride lorsqu'elle reste immergée dans l'eau un certain temps.

Les odeurs et le système olfactif :

Une odeur est constituée de molécules volatiles, flottant ainsi dans l'air pour atteindre la muqueuse nasale. Ces molécules possèdent toutes un groupement osmophore: alcool, éther, aldéhyde, nitrile...

Les substances odorantes doivent être hydrosolubles afin qu'elles puissent se dissoudre dans la couche superficielle de mucus et pénétrer jusqu'aux prolongements des cellules sensorielles.

L'odeur corporelle provient d'un mélange complexe de substances chimiques. Le parfum naturel du corps se compose du sébum (notre propre huile essentielle), de la sueur, de l'activité des bactéries sur notre peau et des hormones que contiennent le sébum et la sueur apocrine.

Les plantes sécrètent des huiles essentielles qui protègent leur épiderme végétal grâce à leur qualité antiseptique et qui les défendent contre les prédateurs tout en attirant les pollinisateurs par l'odeur qu'elles dégagent. L'industrie de la mode avec leurs parfums artificiels (qui contiennent des huiles essentielles) essaie d'imiter l'effet de nos odeurs corporelles pour attirer ou séduire l'autre en utilisant des substances prélevées sur des animaux ou des plantes. Leur objectif est voué à l'échec, car seules les corporelles humaines ont un effet réel sur l'attirance sexuelle et sur la sexualité en générale. Puis, il serait idiot d'essayer de synthétiser l'odeur humaine pour le vendre en flacon, car nous n'avons pas besoin d'acheter un produit que notre corps fabrique naturellement par lui-même.

Exemple

Scent, The Attract women instantly with male human pheromones. When woman unknowingly smell the pheromones in this cologne they will instantly be sexually attracted to you.

L'odorat

Vue d'ensemble du rôle de l'odorat :

L'odorat est un sens subtil sur lequel la volonté n'a pas de prise : il fait partie intégrante du système neurovégétatif humain. En réalité, loin de constituer une activité mineure de l'organisme, l'olfaction joue un rôle primordial dans la survie de l'espèce. Procurant l'agrément et la volupté d'une part, l'aversion et le dégoût d'autre part, les odeurs sont le baromètre de la satisfaction des besoins. Relier à la région limbique du cerveau, siège des émotions et de la mémoire, l'organe olfactif agit en effet sur le système neuro-endocrinien, où l'hypothalamus et la glande pituitaire produisent des hormones qui influent sur le métabolisme et la température du corps, le taux d'insuline, le stress, la répulsion et la sexualité. Le système limbique, rejoignant le néocortex, stimule donc aussi la pensée et les réflexes.

Parce que, notre nez fonctionne en relation étroite avec notre cerveau émotionnel, l'odorat module de nos comportements. Tout particulièrement affectifs et amoureux.

L'anatomie du système olfactif :

Les narines sont tapissées d'une muqueuse très fine de cinq centimètres carrés, faite d'une véritable mosaïque de cellules nerveuses (neurones) qui perçoivent les odeurs : les cellules olfactives. Au nombre de 50 millions, perpétuellement renouvelées, ces cellules olfactives sont autant de pièges à odeur. Chacune d'entre elles porte en effet à son extrémité une porte renflée, appelée la vésicule olfactive, munie d'une touffe de longs cils (dendrites). Ces cils baignent dans un mucus aqueux qui humidifie en permanence les fosses nasales, formant un réseau inextricable. Ce véritable filet nerveux va piéger toutes les molécules odorantes qui vont se présenter dans les narines à chaque inspiration.

Excité par cette molécule d'odeur, le neurorécepteur qu'est la vésicule olfactive transmet immédiatement cette information, du nerf olfactif - dont elle est une ramification minuscule - au bulbe olfactif, en un millionième de seconde. En d'autres mots, les cellules réceptrices sont adjacentes au bulbe olfactif, elles sont des filaments qui sortent de celui-ci.

L'importance de l'odorat est reflétée au fait, qu'il est le seul organe des sens connectés directement au cerveau. En effet, les autres sens comme le goût, l'ouïe et la vue passent par le tronc cérébral avant d'atteindre le cerveau. Quant au sens du touché, il passe par le tronc cérébral pour la tête et par la moelle épinière pour le reste du corps.

Une vue de l'organe de l'olfaction

Une vue du bulbe olfactif

De ce bulbe olfactif les informations olfactives se rendent au tubercule olfactif appelé le cortex rhinencéphale (c'est-à-dire cerveau olfactif). Or, le bulbe olfactif et le rhinencéphale correspondent au paléocortex (partie du cerveau le plus ancien) qui est relié directement au système limbique - qui contrôle nos comportements -, et très précisément à la zone de ce dernier qui contient ce que l'on a pu appeler le système de plaisir avec, en son sein, le centre nerveux de l'orgasme.

Le système limbique forme des circonvolutions autour du corps calleux et du centre du cerveau. Il forme une boucle qui par du tubercule olfactif et revient au tubercule olfactif.

Une vue du système limbique

Le système nerveux est constitué :

Pour mieux comprendre :

1- Par le système nerveux central qui a deux parties soit de un par l'encéphale constitué :

et de deux par la moelle épinière.

2- Et par le système nerveux périphérique qui est représenté par l'ensemble des nerfs crâniens (rattachés au cerveau et au tronc cérébral) et de tous les autres nerfs de l'organisme, rattachés à la moelle épinière (nerfs rachidiens). Dont l'innervation du système nerveux autonome parasympathique et sympathique associé au système nerveux végétatif.

Une vue du système nerveux

Une vue tronc cérébral

L'odorat est étroitement lié aux émotions :

Nos sensations olfactives vont donc avoir, cela se conçoit aisément, une implication affective profonde sur nos comportements amoureux, d'autant plus que les informations apportées par notre odorat sont projetées directement sur notre cerveau émotionnel. Ce n'est qu'ultérieurement, après ce premier impact immédiat, qu'elles seront renvoyées vers notre cerveau intelligent, où elles pourront être analysées de façon moins instinctive, moins émotionnelle.

Mais c'est aussi, alors, car odeurs et émotions sont intimement liées, que nous lui attribuons en même temps un caractère affectif : elle va d'emblée nous apparaître comme une odeur plaisante ou désagréable, attirante ou repoussante. De plus le bulle olfactif et rhinencéphale sont étroitement liées avec le centre nerveux qui régule nos comportements, alimentaires comme sexuels, et nos sécrétions hormonales : l'hypothalamus. Quelques millimètres à peine les séparent. Ce n'est donc pas par hasard si, parmi nos cinq sens, l'odorat occupe une place prépondérante.

La différence entre l'homme et la femme :

Les femmes, c'est prouvé, ont généralement les narines plus fines que les hommes. Cette sensibilité est décuplée lors de l'ovulation et elle diminue chez les femmes enceintes. Il existe un lien entre l'appareil olfactif et le système hormonal sexuel. Ainsi, une femme castrée en ne produisant plus d'oestrogène, subit une diminution marquée de son acuité olfactive.

"Ce qui expliquerait que les femmes sont plus émotives que les hommes."

Les phéromones :

Une phéromone est une substance chimique émise par un animal dont l'être humain qui agit sur le comportement d'autres animaux ou êtres humain. Le mode de fonctionnement des phéromones est analogue à celui des hormones qui, dans l'organisme, envoient des signaux chimiques spécifiques d'un groupe de cellules à un autre.

Les phéromones, présentes dans tout le monde vivant, sont probablement la forme la plus ancienne de communication animale.

Ainsi donc, il semble que les humains, comme la plupart des animaux, émettent autour d'eux tout un nuage de produits chimiques sans odeur appelés phéromones qui envoient d'éloquents signaux aux autres humains. Celles-ci sont détectées par le système voméronasal caché dans une fossette à l'intérieure de la cavité nasale.

L'être humain à toujours ce qu'il faut pour détecter les phéromones :

À côté des filets olfactifs, deux autres paires de nerfs atteignent le cerveau à partir de la cavité nasale : le nerf terminal et le nerf voméro-nasal. Le nerf voméro-nasal est issu de l'organe voméro-nasal et rejoint le bulbe olfactif. L'organe voméro-nasal (organe de jacobson) est représenté par un épithélium sensoriel situé dans un repli muqueux de la cloison nasale.

Les rôles des odeurs et des phéromones :

Vue d'ensemble :

Comme l'odorat est directement relié aux émotions, les odeurs et les phéromones agissent sur nos états émotifs. Chaque odeur et chaque phéromone que produit le corps humain sont reconnues spécifiquement dans le cerveau. Aussitôt détectées, elles font surgir des émotions et elles enclenchent des changements physiologiques qui lui sont propres. D'une fois à l'autre, chaque type de ces substances chimiques produit par le corps nous font réagir de la même façon.

Odeurs et intiminté :

Les odeurs sont ressenties consciemment en partie de sorte que nous pouvons intervenir avec notre rationnel pour filtrer les émotions afin de les refouler ou de laisser libre cours à leur expression. Car, nous protégeons notre intimité à l'aide de notre rationnel.

Nos odeurs corporelles sont le reflet de notre vie émotionnelle. D'ailleurs, elles constituent l'élément le plus intime de notre personne. Ainsi, nous nous sentons plus à l'aise à se montrer nu qu'à se faire sentir par sa ou son partenaire. Si nous ou notre partenaire vit une gêne face à nos odeurs, cela crée un froid qui nous empêche de nous abandonner émotionnellement. En retirant ses vêtements, on se dénude physiquement alors qu'en se laissant renifler le corps par notre partenaire, on se dénude psychologiquement. L'intimité correspond donc à ce que nous sommes émotionnellement, sans nos façades.

Les deux fonctions des odeurs corporelles :

L'une sociale : Ainsi, chez la mère, l'odeur et le toucher lui permettent d'établir une relation avec son nouveau né. Quant au bébé, il développe un attachement olfactif au contact sécurisant du corps maternel. Essentielles au développement affectif et cognitif du nourrisson, les bonnes et naturelles odeurs maternelles ont un pouvoir apaisant.

Et l'autre physiologique : De plus, elles régularisent le métabolisme de son enfant. Comme il y a des glandes apocrines autour des mamelons, les odeurs qui s'en dégagent donnent de "l'appétit" à l'enfant. Lorsqu'une femme s'asperge de parfums artificiels, l'enfant refuse le sein parce que son cerveau ne reconnaît plus le message olfactif qui déclenche le réflexe de téter.

En gros, notre première réaction face à une odeur est émotionnelle. En effet, prenons par exemple de l'odeur de la nourriture : elle nous suscite une sensation agréable. De cet état émotionnel s'ensuit une réaction physiologique qui enclenche le processus réflexe de la digestion.

L'espace émotionnel :

Les odeurs corporelles créent un espace ou un lieu émotionnel. Leur effet sur notre psychologie est semblable à celui d'un lieu physique comme notre logement ou notre maison. De la même manière, qu'il est sécurisant de dormir sous son toit, la sensation de sa propre odeur permet d'éviter de souffrir d'anxiété. Le fait d'entrer dans l'espace émotionnel d'une personne en détectant son odeur permet également de se sentir bien et en sécurité, ce qui favorise ainsi le dialogue. Une relation entre deux personnes se fait toujours au niveau émotionnel. Or notre odeur révèle nos états émotifs : elle diffère donc selon que l'on est triste ou joyeux.

Si nous percevons une odeur désagréable chez une personne, cela nous indique qu'elle n'apprécie pas notre présence, qu'elle se sent en danger quand nous sommes dans son espace. Cette mauvaise odeur nous pousse à nous éloigner, rendant ainsi la relation impossible. Nos odeurs nous protègent de l'intrusion de personnes indésirables dans notre intimité et elles nous permettent d'établir des relations avec les personnes qui nous font du bien.

Pour les phéromones :

Comme les phéromones sont inodores, tout se passe au niveau de l'inconscient. Nous ne pouvons donc pas intervenir avec notre rationnel (le conscient) pour annuler leurs effets sur notre comportement comme avec les odeurs. Une phéromone détectée par notre organe voméronasal déclenchera en nous un comportement spécifique face à la personne l'ayant dégagée. Ce comportement inconscient est prédéterminé génétiquement. Les phéromones sont sécrétées dans les régions du corps où il y a des glandes sudoripares apocrines, et dans le segma préputial, l'urine et les sécrétions vaginales. Elles déterminent des conduites sexuelles, parentales et sociales. Notre corps choisira de sécréter un type de phéromone qui agira sur le comportement de l'autre, de façon à s'adapter à la situation émotive du moment. Les phéromones renforcent ainsi nos liens sociaux et elles nous protègent des personnes susceptibles de nous nuire. Dans la relation amoureuse, les phéromones provenant de la région pubienne de la femme contrôlent la fougue sexuelle de l'homme. La femme invite son homme à une relation sexuelle seulement au moment où elle se sent prête. Chez elle, les glandes apocrines grossissent durant le moment de son ovulation afin de provoquer des relations sexuelles avec son partenaire. Elles aident à la production de spermatozoïdes vigoureux, augmentant ainsi la chance de fertilisation. Les phéromones qui proviennent des aisselles des hommes (androstérone) régularisent les menstruations et favorisent la fertilité chez la femme.

Le rôle social/sexuel des odeurs apocrines :

Elles sont responsables de l'attirance sexuelle dans la rencontre de l'âme soeur ; elles sont aphrodisiaques en stimulant la libido ; elles sont finalement érotiques. On peut dire que le principal effet de ces odeurs est l'excitation sexuelle. Celle-ci provoque une érection chez l'homme et la lubrification du vagin chez la femme. Plus un homme est excité, plus son éjaculation va être claire et abondante, favorisant ainsi la mobilité des spermatozoïdes.

Le rôle de l'odorat dans l'échange de l'affection :

Vue d'ensemble :

Dans la relation de couple, l'odeur corporelle permet l'abandon physique essentiel à un échange d'affection. Elle stabilise la relation et favorise la fidélité mutuelle. L'attachement amoureux entre deux personnes existe grâce à leur odeur respective. Tous les sentiments qu'on a pour son ou sa partenaire sont associés à une ou plusieurs de ses odeurs corporelles (sans les odeurs naturelles du corps, point de sentiments). D'ailleurs, les odeurs de sa ou de son partenaire favorisent le maintien d'une bonne santé physique et mentale. De plus, elles ont une influence sur le bon fonctionnement de nos organes et de nos glandes productrices d'hormones. D'ailleurs pour cette raison, on dit souvent que ceux qui vivent en couple sont en meilleure santé et ont une plus grande espérance de vie que ceux qui vivent en célibataires.

Une odeur apocrine pour afficher notre besoin d'affection :

Lorsque nous ressentons le besoin d'affection, d'être sécurisé et de chaleur humaine, notre corps dégage une odeur qui incite notre partenaire à se rapprocher physiquement de nous. Nous ressentons le besoin d'affection de sa ou son partenaire en premier à partir de son odeur et ensuite par son attitude corporelle. Nous produisons une odeur qui invite à l'affection.

De plus, les odeurs corporelles stimulent le système nerveux parasympathique ou sympathique, dépendamment de la situation. Les odeurs désagréables nous font fuir, nous rendent nerveux et mal à l'aise alors que celles qui stimulent le parasympathique sont agréables, apaisantes et sécurisantes. Dans l'autre sens, comme la sécrétion des glandes apocines sont sous la gouverne du système nerveux végétatif, si nous sommes calme, tendre, aimant (e) et en état d'abandon le parasympathique les feront produire une odeur qui sera agréable et calmante pour notre partenaire.

Donc, notre corps produit, dans les circonstances idéales, une odeur qui permet à l'autre de s'abandonner émotionnellement à nous.

Une odeur apocrine pour déclencher l'abandon physique :

Comme l'odeur corporelle calme et sécurise, elle nous aide à retirer nos façades pour faciliter l'abandon émotif. L'odeur apocrine monopolise l'activité du cerveau : lorsqu'on hume profondément le parfum d'un corps humain, on arrête de penser parce que notre niveau de conscience se modifie. Comme, c'est le cas avec les odeurs de nourriture lorsque que nous avons faim. Nous ne sommes plus capables de nous concentrer sur notre travail en cours.

Un échange d'affection, débute toujours par l'action de humer profondément le corps de sa ou son partenaire. Son odeur nous provoque la sécrétion d'une hormone qui modifie notre état de conscience. Comme le besoin d'affection survient lorsqu'on souffre d'insécurité, cette hormone a donc pour effet de faire diminuer cet état de souffrance et de nous faire perdre la notion du temps, de sorte que nos facultés intellectuelles diminuent. En arrêtant ainsi de réfléchir, on s'abandonne plus facilement. L'abandon physique enclenche la sécrétion d'autres hormones contribuant à l'état de bien-être et qui caractérisent l'affection. Un échange d'affection dépend donc de l'effet paralysant des odeurs corporelles sur le cerveau.

Le comment humer sa ou son partenaire :

La technique pour humer le corps de sa partenaire comporte une visualisation suivie d'inspirations profondes :

La visualisation consiste à faire naître une image et une pensée qui soient valorisantes pour sa ou son partenaire. Il faut ainsi voir pour l'homme sa partenaire comme la femme la plus belle et la plus sensuelle qui soit ; et pour la femme son partenaire comme l'homme le plus beau et le plus doux qui soit ; et il faut s'arrêter pour réaliser à quel point elle ou il est important (e), agréable, et aimable. Cette visualisation crée une ouverture émotionnelle envers notre partenaire, nécessaire à un échange d'affection. Elle permet aussi de mettre de côté toutes nos préoccupations pour être entièrement présent mentalement et physiquement à sa ou son tendre moitié.

Pour humer l'odeur de sa ou son partenaire, il faut se coller le nez à sa peau en inspirant lentement l'air (par le nez) tout en se fermant les yeux, puis faire un court arrêt respiratoire avant d'expirer rapidement l'air (par la bouche). En se concentrant à renifler, on se laisse plus facilement emporter par l'effet de l'hormone que notre corps sécrétera. Son effet nous fait perdre la maîtrise de soi, facilitant ainsi une communication émotive.

Carte olfactive

Il est donc possible de faire la carte olfactive du corps de sa ou son partenaire afin de humer une région pour obtenir l'effet désiré. Ainsi, si on désire être excité sexuellement, on ira renifler sa partie génitale ; si on désire être réconforté et calmé, on ira sentir dans son cou ou entre ses deux seins ; si on désire discuter avec elle ou il, on ira sentir dans ses mains ; si on se sent déprimé, on ira sentir ses cheveux pour se remonter le moral ; si on a besoin d'affection, on ira sentir ses aisselles ; et ainsi de suite. En connaissant les effets des odeurs, on les utilise pour son propre bien-être.

L'odeur corporelle de son ou sa partenaire bon pour notre santé mentale

Comme s'attache à sa partenaire grâce à ses odeurs corporelles, cet attachement contribue à nous sécuriser émotivement. Nous faisons beaucoup moins d'anxiété lorsque nous savons que nous avons une personne à aimer et que celle-ci nous aime.

Durant une absence prolongée, c'est de ses odeurs que nous nous ennuyons plutôt que de toute autre chose. Le souvenir de son odeur nous permet de nous aider à patienter, donc à faire baisser notre niveau d'anxiété en relation avec le sentiment d'ennui.

En la présence de notre partenaire, son aura odorante (son parfum naturel) nous sécurise, nous calme et nous fait se sentir bien. Les odeurs corporelles de notre partenaire stabilisent notre état émotionnel. En effet, elles contribuent à maintenir une bonne santé mentale en faisant baisser notre niveau d'anxiété.

Le parfum en flacon à proscrire absolument

Le parfum en flacon sert à camoufler nos odeurs naturelles et du même coup, nos émotions. Nos vêtements nous protègent de l'environnement physique et préservent notre intimité. Habiller ses odeurs avec le parfum en flacon est socialement acceptable, mais dans une relation de couple, le parfum rend un échange d'affection presque impossible. Il crée une façade, une coupure émotionnelle nous empêchant ainsi de révéler notre intimité à l'autre. Le parfum en flacon nous énerve tandis que l'odeur de notre partenaire nous sécurise. Les odeurs corporelles nous permettent d'avoir une bonne communication dans le couple en révélant des informations sur nos états émotionnels respectifs.

La qualité de nos rapports sociaux et notre qualité de vie en générale dépendent de nos odeurs et de nos phéromones. En sachant, que notre cerveau sait reconnaître de manière innée les odeurs humaines et enclenche des réactions émotives et physiologiques spécifiques à celles-ci. Nous pouvons concevoir que le parfum artificiel disponible sur le marché serve à camoufler nos émotions en modifiant notre odeur, nous plaçant ainsi dans une situation de vulnérabilité puisque nous ne pouvons plus émettre de messages olfactivo-émotionnels reflétant fidèlement ce que nous vivons intérieurement. Par exemple, en présence d'une personne qui nous est désagréable, notre odeur répulsive étant modifiée, elle cesse de jouer son rôle. Et en présence d'une personne qu'on aime, notre odeur modifiée cesse de jouer son rôle de sécuriser et d'apaiser. Le parfum artificiel nous empêche d'établir des relations authentiques.

Un parfum artificiel est agréable à sentir comme l'odeur du sapin ou des fleurs, mais il ne porte pas de message émotivo-social reconnu par le cerveau. En amour, si j'asperge mon corps d'odeur de chocolat, bien qu'agréable à sentir, cela ne donnera pas le goût à ma ou à mon partenaire de faire l'amour : cela lui donnera plutôt le goût de manger. Ceux et celles qui n'apprécient pas leurs odeurs ou celles des autres sont mal avec leurs émotions et conséquemment, avec celles des autres. Le parfum devient une façade utilisée pour que les autres ne ressentent pas nos émotions : il est aussi responsable des relations superficielles et éphémères, donc cause d'isolement.

Le parfum artificiel est relié directement aux objectifs de la pornographie, qui vend aux hommes l'idée que le sexe se fait d'une manière mécanique, soit sans émotions et ni sentiments.

La société est à l'image de la pornographie avec la valorisation de la minceur, de l'épilation et de l'utilisation du parfum. Le parfum est associé à une classe sociale élevée. Cela fait chic et riche. Une femme mince, pas de poils et parfumée est considérée comme étant de "hight class" comme les autres produits de luxe disponible sur le marché (Mercedes, Chritian Dior, Rolex). Elle devient, en d'autres mots une poupée de luxe.

En se parfumant, l'autre perd le contact avec nos vraies émotions. C'est en prenant contact avec les odeurs de l'autre qu'on peut répondre à ses besoins spontanément. Si un homme ne peut plus répondre aux besoins de sa partenaire, celle-ci devient un objet qu'il peut dominer afin d'assouvir uniquement ses pulsions sexuelles.

Conclusion

Notre odeur corporelle nous aide à nous maintenir en santé physique et psychologique. Le corps humain produit des parfums naturels des plus agréables qui soit. En appréciant l'odeur humaine, cela nous permet de vivre des relations authentiques avec nos proches. Une femme mince, sans poil et avec du parfum devient une femme objet. La rondeur, le poil et les odeurs corporelles rendent la femme humaine. Une femme qui aspire à devenir une femme objet se condamne à une vie infernale. Elle jouira beaucoup moins de la vie.

Il faut faire un choix entre se soumettre aux normes culturelles pour être bien vue aux yeux des snobs ou de la classe dirigeante de la société ou de choisir ce qui est naturel. Le choix est évidant, elle devrait se porter sur le naturel, car il est associé aux vrais plaisirs de la vie et donc favorise une bonne santé mentale.

Copyright 1999 Les éditions de la Femme Tous droits réservés

Lien sur des sites sur ce sujet

Smell and Attraction

Scents, Sex And Pheromones: The Findings Of Aroma Research

MATE ATTRACTION OR MATE CONFIRMATION: The Evolutionary Role of Pheromone

Pheromones in Humans: Myth or Reality?

Physiologie de l'olfaction (codage neuronal et classification des odeurs) et liste d'huiles essentielles. ééEdicom: Femina - Femme & socit: le langage des odeurs

Femmes et société Point fixe / Beauté ODEURS - 1 Le langage des odeurs N° 34 du 24 août 1997 Chaque individu possède sa carte d'identité olfactive, qui renseigne sur son état de santé, ses émotions, son excitation sexuelle, son alimentation. Rien..

Olfaction explores in detail the current status of our understanding of olfaction (smell) and the possible molecular interactions that specify odorant signaling.

Seeing, Hearing, and Smelling the World

The Sense of Smell

Références

Revue L'Expresse 19 octobre 1990, p. 44- Un Amour de Nez

Anthropologie et Société, vol 14, no 2, 1990 : p. 25-45 - Le déclin de l'olfactif, mythe ou réalité

Québec Science Janvier 1991 p. 33 "un sujet sur l'odorat"

Recherche no. 207 volume 20 février 1989 p.170 - La mémoire des odeurs

Science & Vie no. 890 - novembre 1991 p. 52 - Odorat : Le début de la piste

Pour la science no. 138 avril 1989 p. 9 - C'est le musc - Les molécules à odeur dfe musc interagissent avec un seul récepteur.

De l'amour plein la tête ou la biologie de l'amour - Dr Marc Schwob - Les éditions Hachette 1984

Anatomie Tome 2 Viscères par H. Leonhardt Flammarion-Médecine-Sciences 1979

Anatomie Tome 3 Système nerveux et organes des sens par H. Leonhardt Flammarion-Médecine-Sciences 1979

Encyclopédie Encarta CD

Encyclopédie de la médecine Larousse

Le livre "L'HOMME AMOUREUX"

La revue T'Elle Qu'eelle no. 4 p. 5 - Le rôle social des odeurs corporelles

Retour à l'index du "Le plaisir de l'affection"


Accueil- Contact