Découverte de l'hormone de satiété
Journal de Québec du 8 août, 2002, page 22

Sujet : Mauvaise direction

On peut y lire :

Denver (AP) - Des chercheurs britanniques et américains disent avoir isolé l'hormone commandant la sensation de satiété. Cette découverte, rapportée par la revue scientifique Nature, pourrait aider à lutter contre l'obésité, même si certains scientifiques se montrent très prudents.

Une solution au problème d'obésité se pointe

Au cours d'une expérience menée à Londres, les personnes reçu une injection de l'hormone PPY3-36 avant de déjeuner ont réduit leur consommation de nourriture d'un tiers. L'administration de l'hormone équivaut à «une sorte de faux repas», dit l'auteur principal de l'étude, Steven Bloom, du collège impérial à Londres.

«On fait croire au cerveau qu'on a déjà mangé», dit-il, signalant qu'un médicament qui augmenterait le taux de cette hormone pourrait réduire les comportements de surconsommation alimentaire et de grignotage entre les repas.

Des chercheurs en Grande-Bretagne et aux États-Unis ont isolé l'hormone PPY3-36, produite par des cellules tapissant les intestins. Le taux de l'hormone grimpe dans le sang après avoir mangé et reste élevé entre les repas. Douze personnes de poids normal ont ensuite reçu une injection contenant l'hormone ou bien un placebo, à l'impérial College. Deux heures plus tard, on leur a offert de déjeuner autour d'un buffet.

Les résultats montrent que ceux qui ont reçu l'hormone ont mangé un tiers de moins que d'habitude. Ils ont dit avoir un appétit réduit pendant 12 heures et n'ont pas compensé les calories «manquantes» par grignotage.

Toutefois, d'autres chercheurs ayant participé à l'étude estiment que l'expérience ne prouve pas que les injections peuvent contrôler en toute sécurité l'appétit et juguler l'obésité. On ne sait pas encore comment l'organisme pourrait réagir à une concentration élevé de PPY3-36 sur une longue période.

«Ça n'en ferait pas un médicament amaigrissant adapté en raison de ses effets potentiels sur d'autres systèmes importants du corps», dit ainsi Roger Cone, neurobiologiste de l'université des sciences de la santé de l'Oregon. «Les scientifiques ont encore beaucoup de travail à faire avant de mettre au point un médicament qui peut aider les gens à lutter contre l'obésité.» On estime à 300 millions le nombre d'obèses dans le monde.

Il reste qu'utiliser les hormones intervenant dans le processus de l'alimentation est une étape importante en vue d'élaborer des traitements contre le surpoids, souligne les experts. L'équipe de Steve Bloom avait déjà découvert au début d'année l'hormone ghrelin  (croissance en hindi), hormone produite par les cellules de l'estomac qui stimule l'appétit.

Mon commentaire

Il est évident de penser que ce que recherche l"industrie pharmaceutique, c'est de trouver un produit qui a une certaine efficacité et qui pourrait être rapidement mis sur le marché. Chose, qu'ils ont fait avec le Redux et qui a tué des gens parce qu'ils n'ont pas fait assez longtemps de testes pour s'assurer qu'il soit sécuritaire.

Ici, l'hormone est déjà trouvée et déjà synthétisée. Il ne reste qu'à le fabriquer à grande échelle pour faire beaucoup d'argent. Donc, je ne serais pas étonné que d'ici un an ou deux, Roche décide de mettre sur le marché cette hormone en utilisant son fort pouvoir de lobbying pour forcer le FDA de l'accepter. En leur disant, « c'est grave l'obésité, cela augmente en flèche, il faut faire quelque chose rapidement.

De plus, une hormone de satiété et un anorexigène comme le Redux, ont le même effet. Soit, de faire manger moins la personne, en lui enlevant la faim. Même si cette hormone ne semble pas représenter un danger comme peut l'être un stimulant du système nerveux comme avec le Redux, cela ne fonctionnera pas plus. En effet, il est ridicule et absurde de penser qu'un jour on trouvera un produit qui enlèverait la faim et qui soit efficace et sans danger.

Les militants anti-obésité, qui cherchent dans cette direction, font fausse route. Ils sont partis du préjugé qui dit que les personnes de forte taille le sont devenues parce qu'elles mangent leurs émotions ou qu'elles mangent trop. Que si elles avaient été disciplinées, elles n'auraient jamais fait d'embonpoint. Une recherche qui se base sur un préjugé, n'est jamais valable. 

En effet, un anorexigène n'est pas plus efficace qu'un simple régime amaigrissant. Un anorexigène est destiné au personnes paresseuses qui manquent de volonté pour suivre une diète à basses calories. Par conséquent, autant la diète que l'anorexigène fait baisser le métabolisme de base. Donc, quand la personne arrête de prendre l'anorexigène, elle reprend le poids perdu rapidement et toujours un peu plus à la fois.

Il faut se préoccuper de sa santé mentale et de sa qualité de vie avant de penser à vouloir perdre du poids. Rappelons-nous, que moins tu fais de l'anxiété, plus tu as une bonne santé mentale. Plus le métabolisme de base est bas plus l'anxiété est élevée. 

Dans tout cela, l'objectif est de maintenir un poids stable. Ce poids correspond à celui qui nous permet de faire le moins possible de l'anxiété, de souffrir le moins possible de la faim. En d'autres mots, le poids qu'on peut maintenir stable est celui qui nous permet de faire le moins possible d'anxiété. Je l'appel le poids naturel. Naturel parce qu'il nous permet d'être en bonne santé mentale.

Le seul moyen de faire maigrir une personne sans lui faire faire de l'anxiété, c'est lui faire augmenter son métabolisme de base. Quand des chercheurs auront trouvé une pilule qui fait augmenter le métabolisme de base, je leur dirai bravo et génial.. Mais, même si cette pilule existait, les gens continueraient d'être de petite, de moyenne ou de grande taille. La diversité morphologique existerait toujours. Et il y aurait toujours des gens qui feraient de l'embonpoint.

Un coupe-faim, c'est dangereux. Chaque personne a besoin d'un minimum de calories par pour bien fonctionner et ne pas souffrir de carence de vitamines ou de minéraux. C'est pas parce qu'une personne ne ressent plus la faim que son corps exige moins de calories pour fonctionner. Cette dette énergétique provoque inévitablement de la souffrance et de l'anxiété .

Pour terminer, être à votre poids naturel vous aide à avoir un bon moral, à être dynamique et optimiste dans la vie.

Complément d'informations:

Yahoo! Actualités - L'hormone de satiété
Les nouvelles - L'hormone de satiété (08/08/2002)
 
Contrôle de l'appétit


Les sujets précédents :
When Your're Ready to Get Serious About Weight Loss - Anorex

La rondeur dans l'actualité des mois passés

Accueil - Contact

Copyright © 2002, Les Éditions de la femme Tous droits réservés.