La malbouffe sortie des écoles
Séduisante mais...

Journal de Québec 30 septembre 2005 p.18


Sujet: La démesure de la folie furieuse

On peut y lire :

Le gouvernement Charest évaluera la pertinence de bannir totalement la malbouffe des écoles, en vue de s'attaquer au problème croissant de l'obésité chez les jeunes.

«C'est certainement une hypothèse qu'on doit considérer», a dit le ministre de la Santé, Philippe Couillard, lors d'un point de presse, jeudi, en réaction à la publication du rapport Perreault sur l'obésité chez les jeunes et l'engagement de la Fondation Chagnon d'investir 400 millions $ en 10 ans pour contrer ce phénomène.

L'idée d'interdire poutines, hot dogs et autres «junk food» des cafétérias de nos écoles peut paraître séduisante, à première vue, mais il importe d'inscrire ce projet «dans une action plus globale», a indiqué le ministre, en disant qu'il aborderait cette question avec son collègue de l'Éducation, Jean-Marc Fournier.

On ne peut pas, non plus, éliminer la malbouffe, sans s'assurer que les jeunes auront accès, en échange, à des aliments bons pour la santé.

Chose certaine, l'élimination de la malbouffe des établissements scolaires «a beaucoup de base logique», selon le ministre, qui rappelle que 70 pour cent des hospitalisations sont reliées à trois facteurs: le manque d'activité physique, le tabac ou les mauvaises habitudes alimentaires.

«Les efforts de prévention sont essentiels», en vue de diminuer la pression sur le système de santé, a-t-il ajouté, en saluant l'initiative de la Fondation Chagnon.

L'ancien pdg de Vidéotron, André Chagnon, disait jeudi ne pas craindre avoir trop de difficulté à convaincre Québec d'égaler sa mise et d'investir quelque 400 millions $ en dix ans dans la lutte contre l'obésité chez les jeunes.

M. Couillard s'est montré réceptif à la demande de M. Chagnon, mais ne s'est pas engagé à y répondre favorablement.

Il a fait valoir que Québec investissait déjà 19 millions $, cette année, dans la prévention et la promotion de saines habitudes alimentaires. «On n'a pas attendu le rapport Perreault pour commencer nos actions», a-t-il dit.

Dans son rapport publié jeudi, à Montréal, le comité présidé par le maire de Sherbrooke, Jean Perreault, qualifie la situation «d'alarmante».

Pour éviter que la situation se détériore, le comité recommande entre autres l'élaboration d'une stratégie nationale de lutte à l'obésité, l'adoption d'une politique sur l'alimentation dans les écoles et les garderies de même que l'adoption de règles limitant l'installation de restauration rapide près des écoles.

Le rapport Perreault soutient que les jeunes mangent mal et font peu ou pas d'exercice, faisant en sorte qu'un jeune Québécois sur quatre présente un surplus de poids.

Les sommes investies serviraient à financer des projets ayant pour objectif de donner de bonnes habitudes de vie aux enfants et aux adolescents. Les programmes pourraient favoriser une saine alimentation et l'exercice physique en milieu scolaire, par exemple.

La Fondation Lucie et André Chagnon, qui a été créée avec les produits de la vente de Vidéotron à Quebecor, collabore déjà avec quatre organismes relevant du gouvernement pour offrir des services aux jeunes, a souligné son président lors d'un point de presse jeudi.

«On parle de 400 millions $ sur dix ans mais pour 2006 on parle de 15 millions $ chacun. Quinze millions $ sur un budget de 50 milliards $. Pour la santé de nos enfants, qu'on ne trouve pas 15 millions $, je serais dépassé», a-t-il insisté.

Mon commentaire

L'argent peut faire faire beaucoup de choses aux gens. L'argent a un pouvoir d'attraction et de fascination. Avec de l'argent, la crédibilité et la reconnaissance peuvent s'acheter. L'argent sert aussi à dominer à manipuler les gens. L'argent aux mains d'un mégalomane maniaco-dépressif en phase maniaque, ça donne quoi? De la folie furieuse dans la démesure.

C'est comme je disais au mois de mai 2004 quand André Chagnon a donné 20 millions de dollars aux intégristes anti-obésité de l'université Laval. Il veut utiliser sa fortune pour transformer la population à son image. Il se croit supérieur, il se prend pour un Dieu. En proposant de donner 400 millions de dollars au gouvernement si celui-ci égale la mise, pour faire un total ahurissant de 800 millions de dollars, il fait du chantage pour imposer sa vision d'un monde parfait.

Il utilise le pouvoir de persuasion de l'argent pour forcer le gouvernement à considérer ce que lui considère comme une priorité dans le domaine de la santé. «Vous allez considérer la lutte contre l'obésité aussi primordiale que moi, c'est moi qui vous le dis », se dit-il. 

Comme la lutte contre l'obésité est une dogmatique. Par conséquent, du point de vue moral cela place les décideurs du gouvernement dans une position délicate. Ils n'oseront pas dire un non catégorique de peur de passer pour ceux qui encouragent le péché. Ils ne peuvent pas aller contre la vertu, car la lutte contre l'obésité est une croisade divine. 

Le gouvernement ne décidera jamais de mettre 400 millions et il le sait très bien. C'est une technique pour mettre de la pression, pour forcer le gouvernement à mettre de plus en plus d'argent d'année en année sur la lutte anti-obésité. En ce moment, il en met 20 millions environ et c'est déjà trop.

La guerre à l'obésité ne peut pas être une priorité pour les gens en général. Les gens ne peuvent pas ressentir le besoin de contribuer à  la prévention de l'obésité chez les jeunes. Les gens ne peuvent pas constater de visu, dans leur déplacement de tous les jours, que les gens engraissent de jour en jour ou qu'il y a plus en plus de gens obèses. Parce qu'il est virtuellement impossible, biologiquement parlant, qu'il y ai un plus grand pourcentage de personnes faisant de l'embonpoint aujourd'hui qu'il y a 30 ans. 

La guerre à l'obésité n'est qu'une mascarade.

Même si on investissait 1 milliards de dollars pour essayer de rendre toutes les gens minces comme André Chagnon l'est, on n'y arriverait pas, parce qu'on ne peut changer la nature humaine. Seulement. un mégalomane maniaco-dépressif comme lui, peut croire que cela est possible.

Complément d'informations :

L'histoire

Il était personnalité de la semaine au journal La Presse du dimanche 26 mai 2002

Fondation Lucie et AndréChagnon>Accueil

Le rapport Perreault
L'amélioration des saines habitudes de vie chez les jeunes

(PDF, 56 pages, 476 Ko)

Perrault lance un cri d'alarme

Québec évaluera la possibilité de bannir la malbouffe des écoles

Québec songe à bannir la malbouffe des écoles

Sus à la malbouffe dans les écoles secondaires de Sherbrooke

400 millions $ pour combattre l'obésité

Obésité: la famille Chagnon promet 400 M$

800 millions pour combattre l'obésité chez les jeunes

André Chagnon se dit confiant

La bouffe des jeunes

Couillard prêt à trouver 15 millions $

CNW Group

AMEQ | Le réseau d'information en éducation

Le cas Chagnon

Prévention de l'obésité et approche intégrale en santé

Grâce à l'université Laval toutes les femmes aux Québec seront minces

Un centre de prévention de l'obésité chez les jeunes ouvre ses portes à l'UL  

Un monde de plus en plus gros  

Investire de l'argent à partir de croyances, c'est absurde:

Obésité : la malbouffe à l'école accusée injustement?

La démesure du 800 millions

Budget 2004 - 2005, Ministère des Finances - 20 milliards pour la santé, 800 millions serait 5% du budget du gouvernement du Québec

Le fédérale donne 85 millions par année pour la recherche sur le cancer

7 millions par année pour le cancer du sein

1 millions pour de la prévention pure comme avec le sida - Comment d'argent pour essayer de prévenir quelque chose d'impossible à prévenir

0 cenne pour la recherche sur l'anorexie


Les sujets précédents :
Obésité : la malbouffe à l'école accusée injustement?
La rondeur dans l'actualité des mois passés

Accueil - Contact

Copyright © 2005, Les Éditions de la femme Tous droits réservés.